Je ne sais pas pour vous, mais j’ai parfois l’impression d’avoir le QI d’une palourde, ainsi que mes enfants.

palourde

Pourquoi cette mise en cause radicale ?

Vous saurez que samedi matin, j’ai vécu quelques heures de grande solitude, isolée que j’étais face à cette grande question : Suis-je un invertébré dans un monde pensant, ou une lumière méconnue dans un univers de ténèbres ?

Je vous avoue que ma modestie naturelle (Je suis née le jour de la St Modeste, ce qui a toujours beaucoup fait rire mes parents, on se demande pourquoi), ma modestie naturelle donc me pousserait plutôt à m’envisager telle un phare de connaissance dans la houle déchaînée de l’océan de l’ignorance ! !

-Je sais que j’en fais des caisses, mais aujourd’hui, je me fais un trip Victor Hugo, c’est mon blog, s’pas ?-

D’où viennent mes interrogations ?

Samedi matin, donc (Ca y est, elle y vient ! !) il ne vous aura pas échappé qu’un événement capital avait lieu dans toutes les écoles de France et de Navarre : Les élections de représentants de parents d’élèves.

Or, Sœur Anne, tentant toujours vainement de voir quelque chose venir, est bien sûr déléguée depuis l’entrée triomphale de la Donzelle chez les tout-petits. Comme nous sommes nombreux à avoir la vocation du bénévolat, il n’y a qu’une liste ! ! Et donc, devinez qui se coltine les permanences pour lesdites élections ? Gagné, les mêmes ! !

Samedi matin, donc, je me suis vue cernée étouffée submergée par les parents dont-les-enfants-ont-ou-vont-avoir-une année-d’-avance-tellement-ils-sont-intelligents ! !

La honte m’a envahie : La Donzelle est-elle bête ? Le Pirate est-il un sot ? Aucun n’a d’année d’avance, aucun n’en aura. honte

A vrai dire, quand la Donzelle est entrée en moyenne section, on m’a laissé fortement entendre que si je faisais ce qu’il fallait, disposant de plus d’une grand-mère enseignante en la personne de ma Maman à moi, et bien Donzelle prendrait UNE ANNEE D’AVANCE. Apparemment le St-Graal de tout mon entourage associatif du jour…

Je suis une MERE INDIGNE. J’ai refusé. En fait, j’ai exprimé fortement l’opinion que ma Donzelle, qui est née en juillet, manquait sérieusement de maturité pour ce faire, et j’ai refusé de " pousser " Nénette à la maison pour qu’elle assimile plus tôt que prévu les bases nécessaires à la lecture.

Vous rendez-vous compte : J’ai refusé d’empêcher ma petite fille de 4 ans, à l’époque, de jouer. A coup sûr, j’ai hypothéqué gravement son avenir, elle ne pourra rentrer ni à HEC, ni à Polytechnique…

honte1

Pour tous vous dire j’ai eu moi-même une année d’avance, que j’ai conservée tout au long des quelques études que j’ai pu faire mais j’ai vu trop de gens, dans les mêmes conditions, se dégoûter des études parce qu’ils étaient trop jeunes. Pour cette raison et d'autres que je n'ai pas envie d'évoquer ici, je n’y suis donc pas vraiment favorable.

C’est ainsi que samedi matin, je suis devenue une extra-terrestre.

Quoi ? ? ? ? ? ? ?

Comment ! ! ! ! ! !

Oser refuser cela ! ! ! ! !

Nos enfants à nous sont meilleurs, c’est entendu. Huhuhu.

Cette Sœur Anne est nulle….

Depuis un an, j’entends d’ailleurs beaucoup ce type de remarques : C’est à qui se gargarisera d’avoir un enfant suprêmement intelligent, suprêmement doué, voire précoce, voire surdoué.

Entendons-nous bien, loin de moi l’idée de nier l’existence d’enfants surdoués ou même simplement très doués. Une de mes collègues a un fils surdoué, ce qui lui cause des soucis, des angoisses, la séparation car il est dans une école spéciale qui est loin d’ici… enfin, bref, elle éprouve beaucoup de sentiments là-dessus, mais l’auto-satisfaction n’en fait assurément pas partie.

Mais cette inflation soudaine du nombre de surdoués sur quelques 400 élèves me laisse assez perplexe. Samedi, j’ai eu droit à 5 " surdoués ", dont 3 frères et sœurs dont on se gargarisait. Pour 4 d’entre eux, je sais qu’il y a eu forcing des parents à la maison et à l’école, et que l’année d’avance a été prise ou sera prise contre l’avis des instits.

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas (Ecclésiaste)

(Pour celles qui ne seraient pas des latinistes distinguées et ne connaitraient pas le bonheur suprême que représente une version latine, armées de leur Gafiot) :

Vanité des vanités, et tout est vanité.