virginit_

Vous avez tous entendu ou lu cette information : L’annulation d’un mariage à Lille car la jeune épousée aurait déclaré être vierge alors qu’elle ne l’était pas.

Cette nouvelle m’a bouleversée, écoeurée, révoltée.

Finalement, c’est plutôt la révolte qui domine.

En vérité, moi qui ai une formation de juriste, je comprend très bien par quelle logique, par quel cheminement de technique juridique on est parvenu à cette décision, mais en même temps NON

Non je ne comprends pas.

- Je ne comprends pas comment un juge a pu à ce point triturer le Code Civil et la jurisprudence pour affirmer que la virginité d’une femme constitue une des « qualités essentielles de la personne » (Art 180 du Code Civil). Et pour la virginité d’un homme, on fait comment ?

- Je ne comprends pas comment un juge a pu « oublier » que la France est un pays LAIQUE depuis 1905. Et moi qui suis catholique, je respire des remugles d’Inquisition, des remugles d’obscurantisme. Je pense aux débats qui animaient à une époque toute l’Europe : « La femme a-t-elle une âme ? » Et bien, je ne sais pas, mon bon monsieur, mais en tout cas, elle a un hymen !

- Je ne comprends pas pourquoi dans un pays qui, à la différence d’autres, ne promeut pas le communautarisme mais l’intégration, on mette en avant les origines de l’ex-époux pour expliquer que sa religion ou sa culture lui donneraient une sensibilité particulière à l’état du vagin de sa femme. (Ma jeune collègue Zohra vient de me raconter à ce sujet des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête, dites donc !!)

- Je ne comprends pas pourquoi, au XXIème siècle, dans un pays qui, quoiqu’on en dise, fait partie des plus évolués de la planète pour ce qui est de la condition féminine, on ravale encore une fois la femme au rang d’objet, de chose, de possession « Ah, je n’en veux pas de mon jouet, quelqu’un d’autre a joué avec avant moi » !!

- Je ne comprends pas pourquoi on crache ainsi sur les femmes, sur leur maîtrise de leur corps, de leur vie et de leurs sentiments.

Croyez-vous qu’un jour, les hommes nous respecteront ?