Coucou tertous.

Après l'apothéose de ce retour de vacances, chers amis, je me suis dit que j'allais tout de même élever le débat !

Or donc, je me propose de vous faire part de mes notes philosophiques sur la vie.

Enfin, presque.

Disons que plus modestement, je me contenterai  de vous livrer quelques visions fugaces, entr'aperçues d'une rabanne posée sur le sable, au bord de l'eau. Plus précisément, au bord de la mer Méditerranée, la seule la vraie, l'unique, celle  qui n'affiche pas 18° en été ! (Je suis peut-être ch'ti, mais je ne suis pas assez masochiste pour me baigner en mer du Nord)

Déjà vous noterez l'exploit...

"Tout au bord de l'eau" sur une plage du Sud implique une arrivée matinale (9h30/10h)... je préfère d'ailleurs largement ces heures calmes aux chaudes après-midis surpeuplées dont je me passerais bien volontiers, si je n'était pas nantie d'une famille aquaphile, voire aquafolle ! Des personnes  médisantes (Barbe-Bleue, au hasard) prétendent que loin de me dévouer, je suis très contente d'aller papoter all day long avec mes amies ainpromptue et mamankarine !

Je m'élève énergiquement contre ces allégations.

Sur la plage, j'aime aussi lire ! D'ailleurs, je suis partie en vacances avec 8 livres ! (Je n'ai lu que 2 fois sur la plage, quand mes copines n'étaient pas là, mais j'ai quand même fini les bouquins...)

Sur la plage, j'aime aussi penser! Et là, les copines sont très utiles pour...

- Se demander pourquoi des êtres de si petite dimension (Enfin, Donzelle atteint actuellement la taille de 1m45, à 9 ans tous frais, ayez pitié) arrivent à se couvrir d'autant de sable. La technique dite du "rouleau de printemps" (Se faire couvrir de crème solaire par Maman, se rouler conscienscieusement dans le sable/ aller se baigner/ se faire couvrir de cr... bref, vous avez compris le principe

- Comparer les niveaux de bronzage des plagistes et chercher QUI sera plus blanc que moi (2 personnes en 3 semaines)

- Se livrer à une étude sociologique et vestimentaire poussée... En bref, médire allègrement des personnes dont la taille du maillot n'a que peu de rapports avec les mesures réelles (Je vous rassure, je suis TRES TRES loin de la taille mannequin, une ronde avec un maillot à sa taille n'a jamais provoqué la moindre remarque de notre part), déterminer si telle ou telle aspirante naïade a les seins refaits, méditer sur le nombre inversement proportionnel à l'âge des baigneuses topless, admirer - presque sans jalousie- telle ou telle jolie personne porteuse, elle, en plus, du BON maillot de bain...

- Se demander pourquoi ce si charmant couple de personnes âgées essaye TOUS LES JOURS de positionner ses fauteuils et son parasol SUR les impérissables oeuvres de fortification bâties par nos progénitures, entre nos pieds et la mer, soit sur 1 m environ, s'assied juste à côté et résiste vaillamment aux jets de sable et d'eau égarés malencontreusement par les braves petits. (Les enfants avaient entrepris de creuser un tunnel entre ces personnes et la mer, suite à la destruction d'un château, perpétrée pendant une baignade) (Les 6 adultes présents n'ont bien évidemment pas remarqué comment l'un desdits fauteuils avait pu s'écrouler dans un trou)

- Regretter le charmant couple de l'année dernière, qui, dès le matin, sur la plage quasi-vide, se positionnait stratégiquement juste à côté de notre groupe, composé dans sa plus grande conception de 6 adultes et 6 enfants entre 5 et 8 ans à l'époque, puis se plaignaient auprès des nous, parents, que les enfants étaient bruyants.  (A noter que ma suggestion de venir plutôt en septembre quand il n'y avait plus d'enfants avait été mal perçue.)

- Vérifier d'un orteil prudent si véritablement, l'eau est assez chaude pour se baigner. A noter d'ailleurs que cette année, je me suis plainte une journée que l'eau était TROP chaude (29°) et qu'elle était plus agréable le matin (25°). Oui, je sais, vous avez le droit de me haïr pour ces précisions météorologiques.

- Discuter de tout, de rien, de n'importe quoi ou ne rien dire.

Farniente et repos absolu de l'esprit

la vie est finalement bien douce, vue d'une rabanne à fleurs...