Rassurez-vous, chers amis, je ne vais pas vous parler des héroïnes Disney. Et ce sera la dernière fois que je vous entretiendrai de la plage, des vacances, du soleil, de la chaleur, toussa. J'ai des sujets sérieux - ou pas- en tête.

Quoiqu'en vérité, ici, il s'agisse d'un sujet sérieux.

Ce(u)(lle)s qui me lisent depuis un moment savent que j'ai au moins un point commun avec Blanche-Neige. A savoir la peau blanche. Très blanche. Héritée de nombreux ancêtres rouquins. Or il se trouve qu'avec mes cheveux très foncés, cette blancheur surprend beaucoup de gens, même en hiver.

Alors, en été, vous imaginez.

Dès le printemps, les ennuis commencent. Non contente d'avoir le système pileux méditerranéen (Noir. abondant.), une fois la visite chez l'esthéticienne effectuée, reste la grande question de l'autobronzant. Quand appliquer le produit, sachant qu'il faut qu'il sèche avant de s'habiller et que si quelque chose serre tant soit peu la partie repeinte, disons la jambe, et bien ça va marquer. donc pas de chaussettes, pas de chaussures. J'ai donc fini par retenir l'option "S'applique l'autobronzant le soir et reste à poil dans sa salle de bains 20 mn". j'en profite pour faire un masque, m'épiler les sourcils, préparer la machine à laver du lendemain matin...

A noter que l'opération doit être répétée tous les 3 jours.

Donc, je suis très souvent en pantalon.

Mais ces soucis ne sont rien à côté de l'option plage.

Déjà, vous avez la cure de gélules solaires simplement pour éviter l'allergie au soleil (Cloques, boutons, rougeurs, sensation de brûlure, je continue ?). D'ailleurs les gélules "bio" ont l'air d'être beaucoup plus efficaces que les autres.

Et puis, vous avez les fines réflexions. "Oh, ça va te faire du bien de prendre un peu de couleurs". Ben oui mon gars, mais à part les taches de rousseur, je ne vais pas prendre grand chose, hein.

Mais le pire, c'est l'arrivée à la plage. Déjà mes petits kilos en trop me donnent des complexes, mais quand je me mets en maillot de bain, c'est l'apothéose. J'ai l'impression que toutes les personnes aux alentours m'observent, attirés par cette lumière blanche. J'ai d'ailleurs pris conscience récemment que MOI AUSSI j'avais immédiatement l'oeil attiré par les visages-pâles.

Conscienscieusement crémée à l'indice 50 "spécial peaux intolérantes" toutes les heures, voire plus, j'offre néanmoins mon corps blanc au soleil (qui n'en demandait pas tant, mais je suis généreuse). Le fait d'être entouré de personnes qui elles bronzent le temps de dire "soleil", Barbe-Bleue au hasard, sa notre progéniture itou. Quand à la famille Ainpromptue ou à la famille Mamankarine, nous n'en parlerons même pas... Au sein d'un rassemblement de 12 personnes, j'offre donc un carré blanc qui attire les commentaires.

Et oui chers amis. Alors que personnellement je ne me permets jamais de faire de remarque à quelqu'un sur son physique, il semble que toutes les personnes auxquelles je suis amenée à parler, parfaits inconnus, connaissances d'amis, voisins de rabanne... TOUTES ces personnes se croient autorisées à me faire des reflexions sur ma couleur de peau, parfois même sur un ton moqueur (!). D'alleurs l'année prochaine, j'envisage de tenir des statistiques :

- Ah vous n'avez pas beaucoup bronzé ! (Ah si, si je peux être encore plus blanche)

- Ah vous venez d'arriver (Au bout de 3 semaines...)

- Ah vous êtes blanche (Non, sans blague ?)

- Ah il va falloir bronzer tout ça (Ben tiens, j'y avais pas pensé dis donc !)

Ces phrases-là, je les entends au moins 20 fois par jour, sinon plus. Et je me retrouve bêtement en train  de répéter "Oui mais j'ai une peau de rousse" "Oui, mais j'ai une peau de r..."

STOP !

Vous ne vous pouvez même pas imaginer le nombre de fois ou j'ai retenu des reflexions du type "Oui et toi t'as l'air con, ça va pas s'arranger non plus" et autres amabilités. Le nombre de fois ou je me suis tue. Le nombre de fois ou je suis partie pour ne plus entendre la connerie ordinaire.

Jusqu'ici, les 2 seules remarques que je me suis permise de faire sont "Et alors , ça vous dérange ?" et "Oui, ça n'a pas changé depuis hier" à quelqu'un qui m'avait déjà entretenue de ce préoccupant sujet le jour précédent.

A vrai dire j'envisage à présent de répondre selon l'excellente formule de "La Princesse", relevée dans le très bon article de Calpurnia sur le même sujet " Je ne suis pas candidate à la course au mélanome". Bon, peu être un peu dur, quand même.

Je m'interroge tout de même énormément sur l'incapacité des gens à accepter qu'on dévie tant soit peu de la norme sur quelque chose d'aussi mineur qu'être bronzée en été.

...En tout cas, je n'ai quasiment pas de rides....