Voici donc, au bas 4 mois que je vous ai annoncé, toute fière et sûre de moi, mon retour. 4 mois que je me dis "Tiens, voilà un bon sujet pour le blog", 4 mois que j'écrit des bouts de phrases et de posts, 4 mois que je réfléchis à ce que j'ai vraiment envie de dire et de partager (En résumé, un peu moins de quotidien et un peu plus de réflexion et d'écriture)... et 4 mois que rien ne vient...

Et puis, il y a peu de temps, j'ai lu un article sur la procrastination, autrement décrit comme l'art de remettre au lendemain ce que l'on devrait bien faire le jour même. Et pour une fois, pour une fois, l'article n'était pas culpabilisateur... Il mettait le doigt sur ce qui me paralyse régulièrement avant l'action, à savoir le désir de perfection.

Ainsi donc, depuis 4 mois, le "design" (Ouch, un bien grand mot pour bien peu de choses) le design donc de ce blog me sort par les yeux. J'ai commencé à travailler sur autre chose, mais comme je ne suis pas satisfaite, et bien, je me dis "tu ne vas recommencer à poster dans ce truc tout moche", et rien ne se fait...

En outre, quand j'essaie d'écrire, ce sont encore et toujours des fanfictions ou des textes complètement délirants qui sortent. (Non, vous ne les lirez pas. Je tiens à ma réputation. Mes NC17 resteront anonymes). Toute tentative un tant soit peu achevée d'écriture me parait trop convenue, rebattue. Inintéressante pour tout dire dans le monde fourmillant et surpeuplé des blogs. (Ceci dit, le Dieu de l'orthographe et de la grammaire, -loué soit Son Nom- est ausssi peu vénéré dans la blogosphère que dans les forums de fictions ; et il est hors de questions que je m'acharne sur ces textes truffés de pépites qui les rendent totalement illisibles, je n'aime pas assez souffrir pour cela).

En outre, mon ordinateur me joue des tours, et a décidé de vivre sa propre vie...

Figurez vous que DE LUI-MEME, il se connecte à ce réseau social bien connu et que DE LUI-MEME il se retrouve sur frontier-, city-, farm-, ville (ne rayez aucune mention), et y passe un temps fou à cliquer sur des petites maisons, des animaux, et des ours en colère. je me dis régulièrement que je devrais bien décrocher de tout cela, mais il y a toujours un mesage, un statut, un e-mail qui m'y ramènent. D'ailleurs si quelqu'un connait une méthode pour décrocher... (Ou une méthode pour arrêter de manger n'importe quoi n'importe quand, enfin bref, c'est une autre histoire)

Ainsi donc, au prix d'un gros travail sur moi-même (Et d'un coup de pied dans le popotin aussi...), je suis en train de me résigner à mon inaptitude à la perfection. Bourrée de défauts je suis et je resterai, mais il me semble que ma misère, serait moins pénible au soleil de l'amitié virtuelle ou non, pour peu qu'elle franchisse la barrière du silence et de l'explosive couleur...

La prochaine fois, je vous parle du gala de danse, vous verrez, ça ne s'améliore pas...