450_419_degas-danseuses

Degas : Danseuses sur scène

C'est ce billet qui m'a incitée à vous parler d'un instrument de torture bien connu de tout mère dont la fille exerce ce sport archétypal et connoté : J'ai nommé la danse classique.

 Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de cet évènement international que représente le Gala de Danse (Oui, il y a des majuscules, et si ça n'était pas gênant pour la mise en page, j'aurais même utilisé des lettrines !).

Et lors du gala, si on a franchi les obstacles des nombreux rendez-vous d'essayage de costume, de répétitions semi-nocturnes ou matinales, la mère de ballerine a ENCORE un défi à relever : Elle, qui a déjà réuni les 3 paires de collants, la trousse de couture, les 4 bombes de laque pailletée, le mascara, le blush (Liste non exhaustive) la mère éperdue doit confectionner un CHIGNON.

... Et pas n'importe quel chignon. On en a vu, des maheureuses, qui toisant le vulgum pecus pauvre et ignorant, faisait effectuer le chignon par un coiffeur, et ne comprenaient pas l'exaspération des bénévoles devant le chef d'oeuvre (en péril) capillaire qu'elles allaient devoir détruire...

.. Oui, détruire, parce qu'ici, nous parlons d'un chignon de danseuse !

- Le chignon de danseuse est un chignon strict, plaqué, et comme à l'armée, doit obéir à la règle sacro-sainte "Rien ne doit passer".

- Le chignon de danseuse est un chignon solide : Fait le matin, il doit absorber soit une journée d'école (Avec de la chance, votre ballerine fera sport, et même, soyons fous, rugby), soit une longue après-midi de répétitions et de courses folles en coulisses ; ET après toutes ces activités, il devra supporter vaillamment le feu de la rampe : La réprésentation proprement dite.

- Le chignon de danseuse et un chignon multifonctions : Il doit pouvoir se défaire facilement (Comprendre : Subir l'arrachage des pinces par la jeune danseuse impatiente) afin de se transformer en une magnifique queue de cheval en deuxième partie de soirée. Oui, car ces demoiselles, après les pointes (Aïe) et les poses romantiques, vont de déhancher, se rouler par terre et sauter en tous sens dans leurs chorégraphies de modern-jazz.

D'ailleurs, le professeur de danse organise tous les ans à l'intention des mamans débutantes un cours de chignon. Chacune vient avec son matériel, à savoir : Des cheveux (De préférence situés sur la tête d'une petite fille, c'est mieux), un élastique, des pinces à chignon, un filet.

Sont égélement recommandés pour le chignon de gala (Je rappelle que rien ne doit dépasser), l'utilisation d'huiles diverses et variées (Personnellement, j'utilise MON huile prodigieuse qui présente le grand avantage de sentir bon) afin de lisser le sommet du crâne. La maman conscienscieuse prendra d'ailleurs soin de ne pas huiler l'ensemble de la chevelure, afin que la future queue de cheval ne se transforme pas en queue de rat.

Et puis, une fois le gala terminé, toutes ces demoiselles assiègent leurs mères pour obtenir d'urgence un rendez-vous chez le coiffeur, afin de faire réaliser un DEGRADE ! Si possible avec une mèche. Certaines mères refusent d'ailleurs cette dernière option. D'autres plus pragmatiques ou philosophes, se contentent de fournir des pinces pour que la mèche ne tombe pas dans les yeux et/ou sur le cahier, nuisant ainsi gravement aux études de la demoiselle (Et à l'humeur de l'enseignant).

.. Et puis, alors que toutes les demoiselles ravies se sont mutuellementa dmirées et complimentées, êrsuadées chacune d'êter la plus belle (Pauvres NAÏVES, c'est Donzelle, la plus belle, haha) l'école de danse décide de faire une photo souvenir...

... Avec un chignon...

... Sur cheveux coupés en carrés destructurés/plongeants/avec mèche/frange/dégradés...

Et la mère de famille jette un oeil d'envie à la tignasse coupée court de son fils (Qui fait AUSSI de la danse, eh oui !), au grand effroi de la jeune fille qui soudainement comprend l'étendue de l'expression "Couper les cheveux en quatre".