courgette amoureuse

 

Bah c'est une courgette molle qui revient finalement avec un mois de retard.

C'est très curieux, j'avais des milliers de choses à dire. Quasiment pas un jour ne s'écoulait sans que je me surprenne à avoir envie de bloguer...

Et puis mère procrastination fait son oeuvre. Et puis un peu de déprime devant cette batterie de blogs identiques de jeunes femmes qui t'assènent comme extraordinaire une recette ou une habitude banale, cherchant le cadeau, la marque, le produit. Je me fous éperdument de tout ça, c'est un virage que j'aurais pu prendre à une époque et que j'ai délibérément choisi de saborder.

Mais j'aimerais être lue. Je le suis, stats à l'appui, mais pour quelqu'un qui avait abandonné la bloguerie, l'absence de commentaires est difficile à vivre. Du coup, je n'écrit pas, ce qui réduit encore mes chances. Le cercle vicieux, quoi...

Il faut quand même que je vous dise que la courgette a un tout petit peu moins de pépins. Contre toute attente, je me suis tenue 3 fois par semaine à mon cours de renforcement musculaire sur la plage. Voilà 25 ans que je fréquente les salles de fitness, ce qui me permet d'être sûre que ces cours étaient de bon niveau, et ça a été un plaisir, bien plus qu'une souffrance, d'enchaîner les squats  et les gainages (Oh, j'ai horreur du gainage, j'ai juste mal aux épaules et aux bras.). Ca m'a fait gagner du temps de remise en forme sur mon programme de la rentrée.

La Greluche entrée en seconde européenne est aux anges, alors qu'elle ne connaissait personne. C'est une Greluche sociable. Qui me cause bien des soucis d'organisation avec sa prof de danse classique/modern jazz aux horaires changeants, mettant en péril la séance de yoga hebdomadaire que je défends jalousement dans mon emploi du temps vespéral jusqu'ici entièrement dédié à ma progéniture.

Le Jeunôme roule des -maigres- épaules en 4ème européenne aussi, tant que la honnie réforme n'est pas encore en vigueur. Lui continue le judo. Bien sûr pas les mêmes soirs que la danse de sa soeur. ce serait tellement plus simple pour leur mère que ça en friserait le ridicule, sans doute.

Barbe Bleue judote en même temps que son fils, encore. Ça me fait toujours un drôle d'effet de voir mon poids plume de 36 kilos balancer les 85 kilos de son père par terre. Certes, le père y met un peu du sien, mais tout de même.

Quant à moi,j'ai passé les meilleures vacances de ma vie. cette remarque me semble à moi-même étrange, dans la mesure où autour de moi, et notamment pour ma chère amie, tout était bien noir, mais ce sont les premières vacances où, dans la famille du Donjon, tout le monde, y compris la mère, vit à sa guise. Et l'abssence -momentanée- de contraintes crée le bonheur. Mon bonheur en tout cas.

Sans être végétarienne, je glisse quand même de plus en plus vers la diminution de la viande, et dans un choix de qualité pour tous les aliments.

Je me rends compte qu'au départ, j'avais décidé d'ouvrir ce post sur les migrants. Et puis les phrases se sont enchaînées différemment. Néanmoins, je voulais en parler... pour dire que justement je n'en parlerai pas. Nous sommes face à une telle désinformation, où le manichéisme des uns répond à l'aveuglement des autres, qu'avoir une position tranchée est bien difficile, voire contre-productif.. Je me dis juste que de tous côtés, il faut rester humains, et qu'à force de subir des conséquences, l'Europe désintégrée va peut être enfin avoir le courage de traiter le problème à sa source. Mais j'y crois assez peu, quand même.

Les crises se succèdent et sans doute vivons-nous sur un volcan en explosion. Je me réfugie dans mon plaid et mes tableaux Pinterest. Un petit peu d'IG aussi, mais j'aime moins, étant piètre photographe.

Bisous doux-amers, et bon début de semaine, les gens. A bientôt pour un post plein d'énergie, de motivation et de programme de choc. Enfin, je crois ;-)

 

coeur 2