bonheur

Il y a quelques jours, j'ai renouvelé l'abonnement au nom de domaine de ce blog et je me demande encore pourquoi. Je laisse souvent ce lieu à l'abandon, alors que je fourmille d'idées pour le remplir. En général, c'est le manque de photos d'accompagnement qui me fait hésiter. Ce qui est idiot. Et puis, il s'avère qu'au fil du temps, ça manque d'intimité ici. Mon espace de liberté n'est plus libre. Et ça me bride, à l'heure même où je commence à trouver une certaine liberté dans ma vie personnelle. De cette liberté qui consiste à ignorer le mal. Ignorance is bliss. Mais cette ignorance est délibérée, elle est voulue, elle n'est qu'un des nombreux bienfaits que je tire de la pratique du yoga et de la méditation. 

Il y a quelques jours, j'ai ajouté un an de plus sur ma nuque crispée par l'anxiété, la spasmophilie et les crises d'angoisse. A vrai dire, il y a quelques jours, je réunissais tellement de symptômes qui auraient pu être ceux d'un AVC que je me suis fait peur. Si le médecin m'a rassurée, elle a aussi éveillé mon attention sur le fait que je me pourris la vie depuis de nombreuses années pour tellement de raisons qui n'en valent pas la peine.

Je dois à mes enfants, à mon mari et à mes enfants de me protéger moi-même. Je ME le dois aussi surtout à moi-même. Voilà longtemps que ce virage est devant moi et que j'essaie de le prendre. Maintenant, il est médicalement évident que je DOIS le prendre. Mon hypersensibilité, ma souffrance exacerbée à la moindre peccadille deviennent encore plus invivables pour moi que pour mon entourage.

Alors je cherche comment changer tout ça. Et ça implique aussi que j'arrête l'introspection permanente à laquelle je me livre ici, pour parler aussi des jolies choses de ma vie. Les essais de couture de ma fille, les enthousiasmes ludiques de mon fils, les jolis cadeaux de mon mari et toutes ces choses que je fais aussi pour moi et pour eux : Les planners décorés, les tricots, les lectures et mon Pinterest, les découvertes de la cuisinière, d'autres projets d'écriture aussi. Place aux petites choses de la vie qui font du bien, même s'il y a des coups de gueule aussi.

Une petite bulle de bonheur, de temps en temps, pour moi, pour ceux qui me liront éventuellement. Ca ne peut faire de mal à personne, si ?