Quelques âmes charitables m’ont demandé où j’étais, pourquoi le beau mâle n’avait pas été livré en temps et heure, et pourquoi j’étais en silence radio chez les autres aussi.

Alors, encore une fois, je viens la dénoncer, cette ennemie, cette garce, cette vermine, celle qui m’empêche de bloguer, celle qui m’empêche de lire, celle qui m’empêche de rire, celle qui m’empêche de vivre.

ELLE

La migraine…

Vous vous dites sans doute, elle exagère..

Quelle histoire pour un gros mal de tête !!

Combien de fois l’ai-je entendu, ça :

Moi : J’ai la migraine

Mon interlocuteur : Ah bon, tu as mal à la tête !

Le plus ridicule là-dedans, c’est que la plupart du temps, je n’ai PAS mal à la tête, sauf au plus fort de la crise, et là, c’est la moitié de ma tête qui passe au marteau-piqueur, c’est l’œil dont on croit qu’il va sortir de l’orbite, c’est cette envie de se livrer à une trépanation sauvage, histoire d’aérer le cerveau en le rafraîchissant.

Non, donc, sur mes 3 jours de crise, 1 seul jour de mal de tête, ce qui laisse la place :

-         Aux nausées

-         Aux vertiges

-         A l’envie de dormir irrépressible

-         A la faim, féroce (Ce qui permet de reprendre le kilo juste perdu, et ma petite tahitienne fait du sur-place).

Ces joyeusetés me laissent amorphe, vide et sans goût. Une espèce de coquille vide sans courage pas rigolote pour sa famille, et même moi, je ne m’aime pas, dans ces cas-là… (Enfin, ce n’est pas seulement dans ces cas-là, mais ceci est un autre sujet).

Certes, il existe des médicaments spéciaux, les fameux Triptans. Ils sont efficaces la plupart du temps, mais pas toujours, et puis ils sont riches en effets secondaires.

Grosso modo, chez moi, ils amplifient les nausées, les vertiges et l’envie de dormir,  ce qui fait que quand j’en prends un, c’est juste avant de me coucher, en priant pour que :

-         Le lendemain matin, je n’aie plus la migraine,

-         Dans la nuit, un enfant n’aie pas une urgence ou juste une « envie-de-pipi-maman », (Donzelle va seule mais manie les portes avec la délicatesse d’un éléphanteau, Pirate aime bien faire profiter la maisonnée entière de la vie de sa vessie ou de son gros côlon)

-         Le chat ne se mette pas à faire du barouf à 4 heures du mat’ (heure habituelle) pour être du côté de la porte ou il n’est pas,

-         Dans le cas des deux éléments susmentionnés, Barbe-Bleue soit réveillé (ou ne fasse pas semblant de dormir), se lève dans un délai acceptable pour que son inertie ne m’énerve pas et ne se heurte pas à un obstacle du style « Je-veux-Maman-je-veux-pas-toi ».

TOUT peut déclencher ou relancer une crise. La simple vision d’un geste de la main trop brusque suffit à relancer des vertiges, un jouet trop répétitif, un bruit trop strident, et hop, la migraine qu’on croyait partie revient !! C’est qu’elle est vicieuse, la mâtine, et profite du moindre interstice qu’on lui laisse.

Cette fois-ci,  j’ai réussi à limiter la crise, en évitant un certain nombre de comportements à risque. Pour certains, je les connaissais : L’ordinateur par exemple, est absolument proscrit. Des nourritures trop riches et un verre d’apéritif aussi. D’autres m’ont été révélés il y a peu de temps, grâce à ce livre :

MIGRAINEUSE

Dont vous pouvez compléter la lecture par ce site.

Quand j’ai pris le livre dans les mains, son titre m’a portée à croire qu’il s’agissait de « chick–list », mais une simple vision des pages intérieures m’a fait comprendre mon erreur.

Je l’ai dévoré (Quitte à me coller une…migraine, bravo, y’en a deux qui suivent), me reconnaissant à chaque page « en pire », car les crises décrites par l’auteur sont bien plus désastreuses que les miennes, je dois le reconnaître. Le bonheur de se sentir comprise, de se sentir moins seule, et une idée fixe : Faire lire ceci à mes proches, pour qu’ils comprennent ce que j’endure, au lieu de me faire la g… . parce que je ne suis pas « marrante ». (Autant vous dire que faire lire ceci à Barbe-Bleue qui lit un livre tous les 3 ans, c’est mission impossible).

Donc, lisez-le, parlez-en aux migraineux de votre entourage (Sur 10 millions de migraineux en France, il doit bien y en avoir UN dans votre entourage), et puis :

MORT A LA MIGRAINE !!!